12 May, 2014

Les Mobiles : Test du Huawei Ascend Mate 7 : le prix est loin d'être son seul atout !

De: Par

Test du Huawei Ascend Mate 7 : le prix est loin d'être son seul atout !

Porté par le succès de ses derniers Ascend P, Huawei semble aujourd'hui vouloir se tourner exclusivement vers le segment premium. La séparation de la marque Honor, plutôt low-cost, est un premier signe. Le soin apporté aux autres gammes de son catalogue en est un autre. Même le modeste Ascend G7 a eu droit à un châssis métallique. Du côté de l'Ascend Mate 7, l'évolution promet d'être aussi remarquable à l'intérieur qu'à l'extérieur. Autant dire que nous avions hâte de le recevoir à la rédaction afin de vérifier que ce soit bien le cas cette fois.


Ce ne serait en effet pas la première fois que Huawei ferait cette promesse sans la tenir. Nous avons attaqué ce test en parlant du succès des Ascend P. Ils le doivent principalement à leurs prix et leurs finitions. L'Ascend Mate 7 part néanmoins avec de meilleures prédispositions. Lancé à 499 €, il reste plus abordable que ses concurrents. Le métal est évidemment de la partie. Et la fiche technique paraît somme toute bien fournie avec :

Android 4.4 KitKat + EmotionUI 3.0
un écran IPS de 6 pouces pour une définition de 1920 x 1080 pixels
un processeur Kirin 925 avec 4 coeurs Cortex-A15 1,8 GHz, 4 coeurs Cortex-A7 1,3 GHz + un co-processeur i3 230 MHz pour les
capteurs de mouvements
un GPU Mali-T624
2 Go de RAM
16 Go de mémoire interne + microSD
un APN 13 mégapixels
une webcam 5 mégapixels
des connectivités 4G Cat. 6 / Wi-Fi a/b/g/n / NFC / Bluetooth 4.0
un lecteur d'empreinte digitale
une batterie de 4100 mAh
des dimensions de : 157 x 81 x 7,9 mm
un poids de 185 grammes


Du très joli travail !


Plus encore que la taille de l'Ascend Mate 7, c'est celle de son écran que l'on remarque en premier. Huawei a tout fait pour le mettre en avant, quitte à tricher un peu pour qu'il paraisse même plus grand qu'il ne l'est réellement. Nous parlons évidemment du cadre noir qui s'étend jusqu'aux extrémités gauche et droite du châssis. Eteint, l'écran est impossible à distinguer et semble occuper toute la largeur. Ce n'est évidemment pas le cas mais Huawei ne démérite pas pour autant. L'écran occupe effectivement une très grande partie de la face avant.

Deux fines bordures noires ou blanches, selon le modèle choisi, ont été laissées au-dessus et en-dessous. La première pour le haut-parleur, la webcam, les capteurs de luminosité/proximité et une LED de notification. La seconde pour la signature du constructeur. Cela permet évidemment de conserver des dimensions raisonnables. L'Ascend Mate 7 est même un peu moins long que l'iPhone 6 Plus, dont l'écran est bien plus petit. Il est également fin, principalement au niveau des tranches puisque le capot est légèrement bombé pour épouser la paume de la main.

Les tranches sont en métal et accueillent comme toujours plusieurs éléments. Les boutons pour l'alimentation et le volume à droite. Deux tiroirs pour les cartes microSIM et microSD à gauche. La prise microUSB a été casée en bas avec un micro, alors qu'un deuxième est présent en haut à côté de la prise jack, qui mord un peu sur l'arrière où se prolongent les trois pièces métalliques qui forment le capot. Nous y trouvons, sans surprise, l'appareil photo et son flash mais aussi, juste en-dessous, un lecteur d'empreinte.


Ce n'est pas la position la plus fréquente pour ce type de composant mais l'index vient s'y poser assez naturellement. Nous pouvons dire la même chose du pouce et des boutons sur la tranche. L'Ascend Mate 7 n'est donc pas désagréable en main (ou dans les deux mains, très souvent) malgré sa grande taille, et vous pourrez le tenir fermement sans entendre de couinements ou sentir la coque s'enfoncer sous vos doigts. C'est réellement du bon travail et un joli produit.

Un écran taillé pour le multimédia


Et la bonne impression se confirme à l'allumage avec un écran qui en met plein les yeux. La taille aide évidemment, mais c'est loin d'être son seul atout. Avec une diagonale de 6 pouces pour une définition HD 1080p, nous arrivons à une résolution de 368 pixels par pouce qui, si elle n'égale pas celle du Galaxy Note 4, permettra de profiter de tout type de contenu confortablement. Les couleurs, portées par une luminosité puissante, apparaissent riches et contrastées (malgré des blancs qui tirent clairement sur le jaune), et cela sous tous les angles malgrè le film protecteur collé sur la vitre de notre modèle de test. Nous ne savons pas si le smartphone est vendu avec. Quoiqu'il en soit, il ne gêne pas la visibilité. Nous n'avons en revanche pas pu retrouver la sensation de glisse attendue avec le verre Gorilla Glass 3 qui recouvre la façade.

EmotionUI fait peau neuve


Les bonnes surprises continuent avec l'interface utilisateur. L'Ascend Mate 7 tourne sous Android 4.4.2 KitKat que Huawei a, comme toujours, affublé d'EmotionUI. Il s'agit cependant d'une nouvelle mouture. Elle est estampillée 3.0 et modifie la forme plus que le fond. Les icônes et autres boutons sont plus ronds et épurés. Ceux de la barre de navigation sont d'ailleurs identiques à ceux de Lollipop. Les menus sont plus clairs et aérés. Le centre de notifications et, même, le gestionnaire de multitâche ont été désencombrés. Et ce n'est pas plus mal ! Les thèmes sont évidemment toujours présents pour changer d'ambiance.


Le fonctionnement n'a en revanche pas changé, sauf sur quelques petits points. Il n'y a donc toujours pas de menu pour les applications, qu'il faudra répartir sur le bureau avec les widgets. Evidemment, il est possible de les ranger dans des dossiers pour gagner de la place. Petite nouveauté, deux options sont proposées pour définir le nombre d'applications qu'il est possible d'afficher par ligne et colonne : 4 ou 5.


Des spécificités qui auraient pu être mieux exploitées


Nous avons trouvé d'autres petites bricoles, comme la messagerie désormais rattachée au clavier d'appel et au répertoire par un onglet ou un podomètre qu'il est possible d'intégrer au centre de notification. Étrangement, le menu flottant ne permet plus de lancer des applications dans des fenêtres, ce qui aurait pu être particulièrement intéressant sur un tel écran sans pour autant égaler le mode multi-window que propose Samsung. Du coup, il n'y a rien qui permette ici de faire deux choses à la fois. Dommage.


En fait, c'est presque comme si Huawei ne voyait que l'aspect contraignant de l'écran du Mate 7 puisque les seuls ajouts visent à compenser sa taille plutôt qu'à en exploiter/développer le potentiel comme le permet par exemple un S-Pen. Comprenez qu'il s'est contenté d'en faciliter l'utilisation à une main en permettant d'ouvrir le centre de notification depuis la barre de navigation, laquelle pourra être écrasée sur un bord de l'écran pour que tous les boutons soient accessibles du pouce. Cela fonctionne également avec le clavier.


Vous trouverez également une section inédite dans les Paramètres de l'Ascend Mate 7. Elle est liée à un autre composant : le lecteur d'empreinte digitale intégré au dos, bien sûr. Il pourra être utilisé pour le verrouillage du smartphone, restreindre l'accès aux applications de votre choix ou ouvrir le « coffre-fort ». Et... c'est tout. Même si cela fonctionne très bien (la lecture est aussi rapide qu'avec le Touch ID d'Apple), nous aurions aimé que Huawei aille un peu plus loin. D'autant qu'il permet de sauvegarder jusqu'à cinq empreintes. Nous demandons bien à quoi elles pourraient servir.


Aucune option n'est proposée. Chaque empreinte est automatiquement associée aux trois fonctions évoquées plus haut. Autrement dit, une suffit. Voire deux si l'on souhaite pouvoir l'utiliser avec les deux mains. Et les autres ? Pour les invités ou en cas de garde partagée peut-être... Ah oui, il est aussi possible de poser n'importe quel doigt dessus pour déclencher la prise de vue une fois dans l'appareil photo. Il serait plus intéressant de pouvoir créer des raccourcis vers des applications par exemple.

Juste ce qu'il faut d'applications pour bien démarrer


En parlant d'applications, soulignons que nous retrouvons évidemment la suite de Google au grand complet en plus de quelques outils pratiques pour l'assistance, la sauvegarde des données ou encore la gestion de la mémoire. D'autres seront sans doute moins utilisés comme le miroir, la loupe ou la lampe de poche. Sans oublier quelques applications tierces dont Polaris Office ou Todoist. Ni trop ni pas assez. L'ensemble laisse un peu plus de 11 Go à l'utilisateur pour télécharger jeux et applications, sans oublier qu'il est possible d'ajouter une carte microSD.


Il n'aura pas de mal à vous divertir


Et il serait bête de s'en priver puisque l'Ascend Mate 7 n'est pas juste bon à faire tourner Android sans accrocs puisqu'il dispose d'une configuration somme toute solide. En son coeur, c'est un Kirin 925 que nous retrouvons, soit une version un peu plus musclée du Kirin 920 que nous avons croisé à bord du Honor 6. Il en conserve les quatre coeurs Cortex-A15 et les quatre coeurs Cortex-A7 mais la fréquence peut ici atteindre 1,8 GHz. Nous retrouvons également un Mali-T624 pour la partie graphique ainsi qu'un modem compatible 4G cat. 6. Le tout est servi avec 2 Go de RAM.


Comme nous pouvions nous y attendre, le smartphone obtient des scores honorables sur les benchmarks. Plus de 43 000 points sur AnTuTu par exemple, ce qui se traduit notamment par de bonnes performances en lecture vidéo. Vous pourrez pleinement profiter de la définition Full HD de l'écran, et cela avec la plupart des formats. Il fera également retentir vos morceaux favoris avec puissance et clarté. Petite parenthèse sur le lecteur audio dont nous aimons beaucoup la refonte, avec affichage de la liste de chansons en carrousel dès qu'on bascule en paysage.


Le jeu est un autre domaine dans lequel nous a surpris l'Ascend Mate 7. Nous n'avons rencontré aucun ralentissement sur Angry Birds Go!. Quant à Dead Trigger 2, il nous a fallu sélectionner le profil graphique le plus élevé avant d'en percevoir. Une bonne surprise puisque nous n'avions pas eu cette chance avec l'Honor 6, étrangement lent au démarrage malgrè une configuration pourtant très proche. Nous n'avons toujours pas identifié la cause du problème mais il a visiblement été résolu et c'est tout ce qui compte. Jouer est un réel plaisir.


Il assure aussi en photo !


Nous ne pouvons pas en dire autant de la prise de vue. L'application dédiée a évidemment été repensée pour s'accorder avec EmotionUI 3.0 mais Huawei a visiblement oublié quelque chose d'important. Les menus ne s'affichent qu'en orientation portrait. Pas toujours très pratique. Il est également dommage qu'ils soient si sombres puisque, même si le viseur reste visible par transparence, il est difficile d'ajuster certains paramètres comme la saturation ou le contraste.


Des petits défauts ergonomiques qui suffisent à faire passer l'envie de profiter des nombreux réglages disponibles pour aller au plus simple : dégaîner et shooter ! D'ailleurs, il n'est même pas nécessaire d'ouvrir l'application pour prendre une photo. Un double appui sur le bouton bas du volume déclenche la prise même lorsque le smartphone est en veille. Pratique et ultra-rapide (environ 1 seconde).


Par chance, le capteur 13 mégapixels embarqué s'en tire très bien avec les réglages automatiques. L'optique ouvrant à f/2.0 n'y est sans doute pas pour rien non plus puisque nous avons trouvé les clichés particulièrement lumineux. Cela se remarque en plein jour, mais aussi avec un éclairage artificiel. S'il n'est pas le meilleur dans le genre, il a le mérite de ne pas trop recourir au bruit électronique pour livrer des clichés nets. Les couleurs sont plutôt fidèles. Les détails fourmillent. Tant pis pour les réglages...



Photo prise avec le Huawei Ascend Mate 7

Un excellent rapport qualité/prix

Si vous cherchez une tablette haut de gamme, l'Ascend Mate 7 n'est certainement pas à écarter. C'est un excellent rapport qualité/prix. Pour moins de 500 €, il offre un écran confortable, un design soigné et des performances à la hauteur. Cela inclut également l'autonomie qui vous amènera sans peine au bout de la journée.


La nouvelle interface utilisateur de Huawei est sympathique mais montre néanmoins qu'il manque encore un peu de suite dans les idées. Nous aurions aimé pouvoir profiter davantage du format et du lecteur d'empreinte. Samsung fait mieux sur ce point mais réclame 200 € de plus. Il vaut peut-être mieux les garder si la seule raison qui vous pousse vers les phablettes est de pouvoir jouer ou regarder des vidéos sur grand écran.

Cliquez ici pour retrouver l'article sur le site www.lesmobiles.com

PRÉCÉDENT SUIVANT